Qu’est que c’est la méthanisation ?

La méthanisation est un processus de fermentation anaérobie naturel, elle permet de dégrader la matière organique grâce à une multitude d’êtres vivants (bactéries, Archées). De manière naturelle on retrouve la méthanisation dans les marais et les rizières. La méthanisation a donc la capacité de transformer la matière organique en CH4, CO2 neutre en un engrais à haute valeur agronomique. Il y a donc deux produits issus de cette fermentation anaérobie : le biogaz et le digestat.

Le biogaz est composé de manière générale à 55% de CH4, à 40% de CO2 et le reste correspond à H2S, NH3 et H2.

Il existe deux valorisations possibles pour le biogaz :

Premièrement, il peut être valorisé directement dans un moteur en cogénération qui permet l’entrainement d’une génératrice. Le courant produit est ensuite directement réinjecté dans le réseau d’électricité. La cogénération entraine une grande production de chaleur ce qui parfois peut être intéressant lorsque l’on a un bâtiment d’élevage, des bureaux à chauffer ou encore du foin ou des céréales à sécher.

Deuxièmement, le biogaz produit est épuré de manière à avoir un biométhane le plus pur possible vers 96% de CH4. Ce biométhane est ensuite injecté sur le réseau de gaz le plus proche soit le GRD ou le GRT.

La méthanisation reste un process industriel avec des maintenances régulières et un suivi journalier afin de permettre une production optimale.

Quels sont les objectifs de la méthanisation ?

Agronomique

        • Apport de MO stable idéal pour le complexe argilo humique
        • Facilité d’utilisation du digestat
        • Valeur d’amendement intéressante du digestat solide.
        • Recyclage des nitrates
        • Minéralisation partielle des fumiers et du lisier
        • Valeur fertilisante intéressante

Énergétique

        • Possibilité d’autoconsommer l’énergie produite
        • Produire de l’énergie verte stockable

Social

        • Construire une activité à taille humaine, créatrice d’emploi
        • Maintenir une agriculture locale
        • Réduction de la pollution

 Économique 

        • Rentabilité des investissements rapide
        • Meilleure valorisation des effluents et cultures intermédiaires
        • Prix de rachat fixe sur 15/20 ans

Différentes dimensions possibles

 

Une dimension à la ferme

C’est en partie les agriculteurs éleveurs qui ont ce dimensionnement de méthanisation. En effet, leur production de lisier et de fumier étant importante, ils ont de la matière potentiellement méthanogène. Ce sont souvent des unités qui répondent à deux problématiques : le stockage des effluents d’élevage qui est de plus en plus réglementé afin d’éviter certaines dérives et la meilleure valorisation de leurs effluents sur leur parcellaire.

Une dimension collective

C’est un bon moyen qui permet de mutualiser de la matière méthanogène. Très souvent on retrouve des agriculteurs avec différents ateliers de production. Cet aspect d’unité de méthanisation collective permet d’avoir des unités plus grosses permettant certaines économies d’échelle et aidant plusieurs agriculteurs à valoriser leurs déchets. C’est aussi un confort pour les agriculteurs, car ils ne sont pas les seuls à gérer l’unité. On y retrouve très souvent des salariés spécifiques à l’unité. Les agriculteurs valorisent alors leurs déchets tout en restant focalisés sur leur atelier de production initial.

Une dimension territoriale

Aujourd’hui un grand nombre de déchets organiques sont mal valorisés ce qui entraine des nuisances sur l’environnement. La méthanisation a donc son rôle à jouer dans la valorisation des déchets organiques en énergie renouvelable. C’est pourquoi aujourd’hui des collectivités s’associent avec des agriculteurs pour mutualiser des projets. Il naît alors une unité de méthanisation à l’échelle du territoire et pas seulement de leur exploitation.

Article rédigé par Antoine Stubbe.